On parle souvent de sac en rotin, le rotin étant récolté et fabriqué essentiellement dans les pays d'Asie du Sud-Est.

Plus exactement la plante à partir de laquelle ce sac est fabriqué se nomme Lygodium circinnatum, c'est une fougère grimpante à feuilles persistantes.
Les tiges sont utilisées comme liant et sont très populaires pour la fabrication de paniers traditionnels.

Cette plante pousse en abondance sur l'île de Bali et Florès en Indonésie.
Depuis des décennies, les balinais transforment cette matière végétale en de véritables bijoux artisanaux.
Venez-vous balader à Bali et vous comprendrez qu'il n'y a qu'ici qu'on travaille le rotin de cette façon. Ne vous attendez pas à trouver ce sac en Chine, et tant mieux !


Ce sac est fabriqué dans la partie Est de Bali, plus précisément dans les montagnes de la région de Karangasem.
C'est ici que des villages entiers occupent leur journées à tisser le rotin pour donner au sac sa forme brute. Il faut une journée pour donner sa forme à un sac.


Dès lors, le sac est le plus souvent vendu à d'autres artisans partout sur l'île. Ils vont tout d'abord "cuire" le sac tissé dans un four à l'aide de la combustion d'une noix de coco. Cette étape dure 1 journée et il faut retourner le sac toutes les 4 heures. 
Cela permet de donner sa coloration brunâtre au sac et lui apporter toute sa solidité ! 


Le sac est alors aéré durant 3 ou 4 jours puis peint ou non.


Il est désormais temps de donner du style à chaque sac.
Un batik (tissu ethnique traditionnel de Bali) va venir orner l'intérieur de celui-ci. Il sera collé puis cousu sur les bords.


Il ne reste "plus" qu'à fixer l'attache en cuire à pression ou en rotin en forme de ruban qui viendra fermer votre sac puis lui trouver la plus belle anse en cuir véritable, brute ou teinté.


Alors on vous a convaincu de la valeur inestimable de ce sac ?
On est loin des usines de Chine, qui produisent en série et à grande échelle. Ce sac est fait avec amour à la main, chez l'habitant et fait vivre de nombreuses familles balinaise qui ne profitent pas du tourisme. Cet artisanat est un vrai luxe.